dimanche 17 septembre 2017

Lauren Oliver - Le dernier jour de ma vie


 Auteur : Lauren Olivier
Editeur : Ldp Jeunesse
Parution : 29 mai 2013
Pages : 450
EAN-13 : 978-2013236584


Et s’il ne vous restait plus qu’un jour à vivre ? Que feriez-vous ? Qui aimeriez-vous embrasser ? Et surtout à quel sacrifice seriez-vous prête pour changer votre destin ?" Samantha Kingstone a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales, et une cote de popularité illimitée. Ce vendredi de février aurait dû être un jour comme les autres. Un jour parfait dans une vie de rêve. Mais ce vendredi de février est le dernier pour Sam. Pourtant elle va obtenir une deuxième chance. Ou plutôt six chances. Six jours pour démêler le mystère entourant sa mort. Six occasions de découvrir la vraie valeur de tout ce qui l’entoure. Ce vendredi est le dernier jour de la vie de Sam. Ou le premier ?



J'ai commencé ce roman sans trop d'attente mais j'en sors tout de même très mitigée.

Avant tout, Sam n'est pas un personnage auquel je me suis attachée. Je l'ai trouvé plutôt égoïste et parfois méprisable. Elle fait partie d'une bande de filles populaires et ne fait que suivre la meneuse sans prendre de réelles décisions par elle-même.
Au fil des jours qui se répètent, je n'ai pas su dire si ses actions étaient dû à une prise de conscience, une véritable volonté de réparer les choses ou tout simplement un moyen d'éviter sa mort. En gros, jusqu'où allait son niveau d'égoïsme à ce sujet ?

Chaque chapitre correspond à une nouvelle version de la journée de la Saint-Valentin. Je les ai trouvé parfois trop longs, surtout qu'au bout d'un moment, il n'y a plus de réelle surprise sur le déroulement de la journée. L'aspect redondant et répétitif de la narration n'était pas assez bien maîtrisé pour moi. Cela manquait de fluidité par moment.
Cela est d'ailleurs dommage car j'ai trouvé que l'auteur avait une jolie plume et a bien réussi à retranscrire les émotions de l'héroïne.

Je ne peux pas dire avoir détesté ou adoré ce roman. J'ai passé un moment de lecture plutôt agréable avec des thèmes traités très intéressants mais cela n'a pas provoqué mon engouement. Ce fut donc une lecture plaisante mais sans plus.

Lynne Matson - Nil, Tome 1


 Auteur : Lynne Matson
Editeur : Pocket Jeunesse
Collection : Pocket Junior Grand Format
Parution : 18 février 2016
Pages : 458
EAN-13 : 978-2266256933


Charley se réveille sur une île somptueuse qui n’est sur aucune carte. Seule, perdue, elle survit tant bien que mal jusqu’à ce qu’elle rencontre Thad, le leader d’un clan regroupant les seuls humains présents sur l’île de Nil. Charley va vite comprendre que quitter cet enfer paradisiaque sera plus difficile qu’elle ne le pensait : la seule issue, ce sont les rares portes qui apparaissent au hasard sur l’île… Il n’y en a qu’une par jour, et une seule personne peut l’emprunter. Pire encore : on n’a qu’un an pour s’échapper. Sinon, on meurt. Le compte à rebours a déjà commencé…



J'ai lu ce premier tome dans le cadre de la lecture commune organisée par Vibration Littéraire. De plus, vu le contexte dans lequel se passe le récit, je l'ai trouvé très approprié aux vacances estivales.

Je m'attendais à un roman qui me ferait voyager, rêver par ses paysages idylliques. Pourtant, j'ai trouvé que les descriptions des lieux manquaient un peu. Je n'en avais pas assez pour vraiment m'immerger dans cet univers.

Ma plus grande déception vient néanmoins des personnages. Que cette histoire est bourrée de clichés...
La rencontre et le coup de foudre entre les deux protagonistes principaux en sont le parfait exemple. Ce couple m'a désespéré tout au long de ma lecture. Je ne suis pas une grande férue de romance et là, ce n'était clairement pas pour moi. Leur situation m'a horripilé. Heureusement que j'avais tout de même envie de connaître la fin de l'histoire. J'aurais préféré que l'auteur se concentre sur la survie sur Nil que cette romance insipide.
Quant aux autres personnages, ils sont nombreux et divers mais manquent sérieusement de profondeur. Je ne me suis guère attachée à eux.

Par ailleurs, certaines situations et certains dialogues étaient répétitifs à mon goût. Le récit avait finalement quelque chose d'assez redondant.

Ce fut donc une déception pour ma part. Je ne sais pas encore si je me lancerai dans la lecture du tome 2. Du peu d'informations que j'ai eu, les protagonistes principaux ne sont plus Thad et Charley, ce qui est un atout pour moi. Si l'histoire se recentre sur la survie et sur Nil, pourquoi pas. Sinon, je passerai mon chemin.

Margaret Atwood - La servante écarlate


 Auteur : Margaret Atwood
Editeur : Robert Laffont
Collection : Pavillons Poche
Parution : 8 juin 2017
Pages : 544
EAN-13 : 978-2221203323




Dans un futur peut-être proche, dans des lieux qui semblent familiers, l'Ordre a été restauré. L'Etat, avec le soutien de sa milice d'Anges noirs, applique à la lettre les préceptes d'un Evangile revisité. Dans cette société régie par l'oppression, sous couvert de protéger les femmes, la maternité est réservée à la caste des Servantes, tout de rouge vêtues. L'une d'elle raconte son quotidien de douleur, d'angoisse et de soumission. Son seul refuge, ce sont les souvenirs d'une vie révolue, d'un temps où elle était libre, où elle avait encore un nom.



Ce roman a été une véritable claque littéraire ! Même bien après sa lecture, il n'a pas cessé de trotter dans ma tête. Je conseille vivement à quiconque de lire La servante écarlate, on n'en sort pas indemne.

Margaret Atwood arrive parfaitement à mettre en place un environnement glaçant et terrifiant en se basant simplement sur notre réalité. Les faits qui aboutissent à cette contre-utopie sont tellement réalistes que cela en est effrayant.
L'auteur nous dépeint une société où la femme n'est plus un être humain mais un objet nécessaire à la procréation, qui est devenu sa principale raison d'être. Elles n'ont plus de droit, uniquement des devoirs et n'ont plus aucune voix pour s'exprimer dans cette société redevenue ultra patriarcale.
Nous retrouvons dans cette oeuvre le schéma type d'une contre-utopie, comme dans les romans d'Orwell ou encore Huxley : une société sous contrainte, une hiérarchie, une surveillance totale et permanente et l'absence d'espoir. On y retrouve également énormément de caractéristiques propres aux régimes totalitaires.

L'auteur dénonce de nombreux sujets et pas uniquement politiques à travers cet univers où les sentiments n'ont plus leur place. Sa plume est superbe, pleine sobriété, ce qui participe à l'atmosphère dans laquelle vit notre narratrice.

La fin peut surprendre mais, personnellement, j'ai trouvé qu'elle était parfaite et amenait une nouvelle réflexion à ce récit.

Je n'ai pas encore regardé la série qui est sortie il y a peu car je souhaitais terminer ma lecture de l'oeuvre originale avant. Maintenant que c'est chose, j'ai hâte de m'y mettre, surtout avec les bons échos qui me parviennent à son sujet.

En bref, n'attendez plus : allez lire ce bouleversant roman !

dimanche 10 septembre 2017

S. N. Lemoing - Powerful, Tome 1 : Le royaume d'Harcilor


 Auteur : S. N. Lemoing
Editeur : Autoédité
Parution : 3 juin 2015
Pages : 386


Depuis douze ans, le pouvoir a été usurpé au royaume d'Harcilor.
Cyr, un homme de savoir, et son fils adoptif, Kaaz, ont constitué une école secrète.
En effet, dans ce monde certaines personnes naissent dotées de pouvoirs magiques : les Silarens.
Seulement, il n'est pas toujours aisé de déceler ses pouvoirs.
Ils seront bientôt rejoints par une jeune femme bien mystérieuse qui a beaucoup à leur apprendre.
Alors que Litar, reconnu comme l'être le plus puissant du royaume s'absente durant quelques temps, ils entrevoient pour la première fois la possibilité d'agir.
Parviendront-ils à retrouver leur liberté ? Feront-ils les bons choix ?




Merci à l'auteur qui m'a gentiment envoyé ce roman après notre partenariat pour le tome 1 de Shewolf.

Ce tome pose tout d'abord les bases de l'univers créé par S. N. Lemoing, qui a inventé toute une civilisation et une partie de son langage. J'ai apprécié découvrir ce nouveau monde imaginaire. Je regrette cependant qu'il n'y est pas de carte dans ce livre. Cela m'aurait permis de mieux situer les lieux.

Autre petit défaut que j'ai trouvé à cette histoire est la confusion parfois provoquée auprès du lecteur. Par moment, je ne savais plus si l'on était dans le présent ou dans le passé. Il y a également de très nombreux personnages et j'ai eu du mal à retenir tous leurs noms et leurs rôles dans l'histoire.

Malgré cela, j'ai apprécié la plupart des personnages et on sent que l'auteur a cherché à leur donner un sens. Ils ne sont pas là pour faire de la figuration.
On peut d'ailleurs remarquer également que les personnages féminins ont une place importante dans l'histoire et dans l'univers créé par S. N. Lemoing. J'avais déjà remarqué cette image de femme forte dans Shewolf et je suis heureuse de la retrouver ici également.

Ce premier tome de Powerful fut donc une lecture très agréable avec un univers que j'ai aimé découvrir. Je me demande bien ce que peut nous réserver la suite.

Cette lecture fait partie du Challenge Mystère.

Gillian Flynn - Les lieux sombres


 Auteur : Gillian Flynn
Editeur : Lgf
Collection : Ldp Thriller
Parution : 2 mars 2011
Pages : 512
EAN-13 : 978-2253157137


Début des années 1980. Libby Day a sept ans lorsque sa mère et ses deux sours sont assassinées dans la ferme familiale. La petite fille, qui a échappé au massacre, désigne le meurtrier à la police, son frère Ben, âgé de quinze ans. Vingt-cinq ans plus tard, alors que son frère est toujours derrière les barreaux, Libby souffre de dépression chronique. Encouragée par une association, elle accepte de retourner pour la première fois sur les lieux du drame. Et c'est là, dans un Middle West dévasté par la crise économique, qu'une vérité inimaginable commence à émerger.



Avant ce roman, j'avais lu Les apparences du même auteur qui avait été un véritable coup de cœur et une claque au fil des pages. C'est pourquoi je m'attendais à ressentir quelque chose de très similaire. Malheureusement, malgré un moment agréable de lecture, mes attentes ont été un peu déçues. Peut-être ai-je mis la barre trop haute...

Gillian Flynn nous prouve une nouvelle fois avec quelle facilité elle peut jongler avec le présent et le passé. Son style permet au lecteur de se faire lui-même son opinion sur ce qu'il y a bien pu réellement se passer.
La fin fut pour moi à demi-teinte car j'avais réussi à deviner une partie de l'histoire. Ma surprise ne fut donc pas totale.

Libby est un personnage avec lequel j'ai eu beaucoup de mal. Dans le présent, cette affaire l'a détruite, même si elle se le cache à elle-même. Je ne me suis malheureusement pas attachée à elle et je n'ai éprouvé que peu de compassion à son égard. Je l'ai trouvé très égoïste, voire mauvaise. Ce qui la pousse à chercher la vérité est plus lié à l'appât du gain finalement. Ce personnage m'est vraiment sorti par les yeux par moment, ce qui a un peu freiné ma lecture.

Heureusement, l'intrigue reste prenante et je voulais avoir le fin mot de l'histoire. Gillian Flynn arrive parfaitement à tisser une toile pleine de rebondissements.
Les lieux sombres fut donc une très bonne lecture, même s'il est, pour moi, bien en-deçà de son autre oeuvre Les apparences.