jeudi 29 juin 2017

Neal Shusterman - La faucheuse, Tome 1


 Auteur : Neal Shusterman
Editeur : Robert Laffont
Collection : R
Parution : 16 février 2017
Pages : 504
EAN-13 : 978-2221198674



Les commandements du Faucheur :Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d'immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t'ont résisté.



Depuis le temps que j'entends parler de ce roman sur la blogosphère et sur Booktube, il fallait bien que je me lance dans cette lecture à un moment ou à un autre et j'ai adoré ! 

L'univers est riche et bien construit, ce qui nous permet de prendre du recul face à notre société actuelle. Personnellement, j'ai toujours trouvé la notion d'immortalité assez effrayante et ce récit m'a plutôt conforté dans cette idée. Les attitudes ont changé avec les grandes avancées médicales. La population ne réagit plus du tout de la même manière et c'est parfois effarant.

De plus, les personnages qui nous sont présentés m'ont vraiment plu. J'ai eu un peu de mal avec Citra au début mais au fil des pages, je l'ai aimé de plus en plus. Néanmoins, j'ai préféré Rowan et ce durant tout ce premier tome. Ce sont deux adolescents assez ordinaires mais je les ai trouvé très attachants.
Les protagonistes secondaires m'ont tout autant plu, en particulier Maître Faraday et Dame Cury. Ces deux figures représentent la bienveillance, la simplicité et une certaine sagesse qui manque parfois à notre société.
Maître Goddard est un personnage détestable mais il apporte un nouvel aspect au récit de l'auteur et j'ai aimé le découvrir pour mieux le détester.

Toutefois, le gros point fort de ce roman reste le scénario. Neal Shusterman arrive à surprendre son lecteur à de très nombreuses reprises. J'ai rarement vu autant de rebondissements et ils arrivent toujours lorsque l'on s'y attend le moins. Le moindre élément peut tout remettre en cause.

En bref, ce fut une lecture très agréable et j'ai été ravie de voir que mon compagnon, qui n'est pas un grand lecteur, a aussi été happé par cette histoire. 
J'ai vraiment hâte de connaître la suite des aventures des faucheurs et j'espère que le tome 2 ne mettra pas trop de temps à sortir.


Cette lecture fait partie du Challenge Mystère.

jeudi 15 juin 2017

Terry Pratchett - Les Annales du Disque-Monde, Tome 1 : La huitième couleur


 Auteur : Terry Pratchett
Editeur : Pocket
Collection : Pocket Fantasy
Parution : janvier 2011
Pages : 288
EAN-13 : 978-2266211819


Dans une dimension lointaine et passablement farfelue, un monde se balade à dos de quatre éléphants, eux-mêmes juchés sur la carapace de la Grande Tortue...Oui, c'est le Disque-monde... Les habitants de la cité d'Ankh-Morpork croyaient avoir tout vu. Et Deuxfleurs avait l'air tellement inoffensif, bonhomme chétif, fidèlement escorté par un Bagage de bois magique déambulant sur une myriade de petites jambes. Tellement inoffensif que le Patricien avait chargé le calamiteux sorcier Rincevent de sa sécurité dans la cité quadrillée par la Guilde des Voleurs et celle des Assassins ; mission périlleuse et qui devait les conduire loin : dans une caverne de dragons ; peut-être jusqu'au Rebord du Disque. Car Deuxfleurs était d'une espèce plus redoutable qu'on ne l'imaginait : c'était un touriste...



Terry Pratchett est l'un de mes auteurs fétiches et c'est toujours un plaisir de le lire. Pour le coup, j'ai décidé de lire (et relire pour certains tomes) toute la saga des Annales du Disque-Monde dans l'ordre de parution.

La huitième couleur est l'une des rares annales où le tome ne se suffit pas à lui-même. En effet, pour terminer le récit, il faut également lire le deuxième volume de la saga. Les autres tomes peuvent se lire comme des one-shots même si on retrouve les mêmes personnages, le même univers et certaines références aux différents tomes. Toutefois, cela ne m'a absolument pas déranger. Il faut laisser du temps à l'auteur pour instaurer son univers si riche.

Ce premier volume est avant tout la présentation du fameux Disque sur plusieurs aspects : la géographie, les différents peuples, la religion, ... Terry Pratchett met en place son univers en mettant en avant des personnages piliers de cette saga  comme Rincevent (que j'affectionne particulièrement), le Patricien ou encore la Mort (gros béguin pour ce personnage).

Dans cet épisode, Terry Pratchett parodie des lieux communs de la Fantasy, en exagérant notamment le trait de certains aspects. Par exemple, les héros sont représentés comme des brutes épaisses sans cervelle.
Cependant, l'auteur ne s'arrête pas à cela car, au travers de l'histoire qui nous est contée, il met en lumière certaines critiques que l'on peut faire à notre société contemporaine. Ainsi, on retrouve une caricature parfaite du touriste avec Deuxfleurs.

En bref, pour moi, les romans de Terry Pratchett sont incontournables. La huitième couleur n'est pas mon tome préféré de la saga mais c'est toujours un régal de me retrouver plongée dans cet univers. J'ai déjà hâte de lire la suite.

lundi 5 juin 2017

Manu Larcenet - Le combat ordinaire


Dessinateur / Auteur : Manu Larcenet
Éditeur : Dargaud
Parution : 13 novembre 2014
Pages : 230
EAN-13 : 978-2205073775


Marco, jeune photographe de guerre, écoeuré par la vision de trop d'horreurs, se retire du monde avec son chat pour essayer de se reconstruire. Sur cette simple trame, Manu Larcenet tisse l'une des plus belles pages de la bande dessinée des dix dernières années, une réflexion unique sur le passage à l'âge adulte, l'acceptation de soi et notre rapport au monde.




Je ne m'attendais pas à aimer autant cette bande-dessinée. Celle-ci m'a été offerte à l'occasion de mon dernier anniversaire et je remercie sincèrement mon ami pour m'avoir fait ce beau cadeau qui fut une incroyable découverte.

Le combat ordinaire raconte finalement le combat de chacun face à la vie. Il n'y a rien de particulièrement extraordinaire dans le récit qui nous est raconté, c'est un aspect que j'ai énormément aimé. L'histoire n'est pas que drôle ou triste, c'est un mélange de cela. Cette histoire est juste et vraie. On suit l'initiation de Marco sur plusieurs plans.
Manu Larcenet aborde une multitude de thèmes dans cette série : les relations filiales, la peur de s'engager, la psychanalyse, la guerre d'Algérie, la politique, etc.

Le style de dessin de Manu Larcenet m'a beaucoup plu. Il peut paraître "simple" au premier abord mais il s'avère très travaillé et détaillé.


J'ai eu l'impression que le coup de crayon évoluait en même temps que Marco, le protagoniste principal. Les scènes de la vie quotidienne étaient empreintes de douceur, notamment avec le choix des couleurs, tandis que d'autres scènes étaient plus violentes et dynamiques. Les crises d'angoisse sont un parfait exemple puisqu'elles sont en rouge et en noir.


En bref, je conseille vivement cette série de bande-dessinée qui est un véritable bijou. J'essaye d'en dire le moins possible car c'est un ouvrage à découvrir sans plus d'information. Lisez et savourez ce bel ouvrage !

dimanche 4 juin 2017

Bernard Werber - Demain les chats


 Auteur : Bernard Werber
Editeur : Albin Michel
Parution : 28 septembre 2016
Pages : 309
EAN-13 : 978-2226392053



A Montmartre vivent deux chats extraordinaires. Bastet, la narratrice qui souhaite mieux communiquer et comprendre les humains. Pythagore, chat de laboratoire qui a au sommet de son crâne une prise USB qui lui permet de se brancher sur Internet. Les deux chats vont se rencontrer, se comprendre s’aimer alors qu’autour d’eux le monde des humains ne cesse de se compliquer. A la violence des hommes Bastet veut opposer la spiritualité des chats. Mais pour Pythagore il est peut être déjà trop tard et les chats doivent se préparer à prendre la relève de la civilisation humaine.



Demain les chats est mon premier roman de Bernard Werber et ce fut une belle découverte.

Ce qui m'a, en premier lieu, attirer dans cet ouvrage, ce sont bien évidemment les chats. Mes parents en ont depuis longtemps et j'en possède moi-même deux avec mon compagnon. On peut donc dire que je commence bien à les connaître.

L'auteur commence son histoire d'une façon attendue pour ma part. En revanche, le récit prend finalement une tournure qui m'a surprise au fil des pages. Je ne m'attendais pas à ce que les thèmes du terrorisme et de la guerre soient aussi développés. Cette seconde partie du roman n'est malheureusement pas la meilleure et je l'ai trouvé parfois maladroite. C'est ce qui a rendu ma lecture plus mitigée sur la fin.

Ce roman m'aura appris beaucoup de choses et Bernard Werber pousse sans cesse le lecteur à la réflexion. Il aborde des thèmes d'actualité qui trouvent forcément écho chez chacun de nous.
L'auteur met énormément l'accent sur l'importance de la communication, que ce soit entre membres de la même espèce ou entre inter-espèces. Bastet est le symbole-même de cette volonté dès le début du roman. C'est cet aspect qui manque à Pythagore selon moi. Même s'il est porteur de connaissance et ne voit pas la communication de la même manière que Bastet.

Demain les chats m'incite encore plus à découvrir les autres oeuvres de Bernard Werber. Je ne pense pas que ce soit son meilleur roman mais c'est un bon avant-goût. J'ai passé un bon moment de lecture et j'ai pu prendre du recul sur notre société actuelle et sur ma propre personne, je n'en demandais pas autant.


Cette lecture fait partie du Challenge Mystère.